Interview d’Allaeys

 

Beaucoup rêvent de s’installer en Malaisie ou en Indonésie, aussi nous avons demandés à Allaeys, français convertie et installé depuis 11 ans en Indonésie, de nous raconter comment se passe la vie là bas. Merci à lui pour cet interview.

 

 

        1. Salem alaykoum, peux tu te présenter : Nom, age, nationalité, situation familial, profession…

Wa aleykoum salem. Allaeys, Français, marié a une Indonésienne, j’ai 2 garçons qui s’appelle Al’varez et le plus petit Al’fatih, et je vis près de Jakarta à Bandung. Je fais dans la location de chambre d’étudiants & magasins, et sur Bali location de villa.

 

        2. Pourquoi et comment as-tu atterri en Indonésie?

Je suis arrivé en Indonésie c’était en 2005, une amie à ma mère qui est indonésienne m’a demandé si je voulais venir ici pour une durée d’1 mois et demi et j’ai dis oui sans hésiter. Par la suite j’ai beaucoup aimé la sympathie des Indonésiens et surtout c’était la première fois de ma vie que j’entendais l’Adnan. J’habitais à côté de la mosquée et j’adorais entendre l’appel à la prière ça m’apaisait le cœur … je crois que c’était LA « raison » pour laquelle j’ai vraiment voulu habiter en Indonésie.

 

        3. As-tu essayé d’autres pays d’Asie avant celui-là?

J’ai essayé la Malaisie et aussi Singapour, mais c’était plutôt pour refaire mon visa. Donc je ne connais pas trop en réalité. Mais à chaque fois l’Indonésie me manquait terriblement.

 

        4. Combien de temps as-tu mis à t’habituer au pays ?

Combien de temps me suis-je habitué au pays? Je parle l’indonésien couramment et aussi un dialecte soundanais. Je pense que jusqu’à ce jour je ne me suis pas habitué à tout. C’est très dur, car ici il faut énormément de patience. Tout est lent! Je ne me suis tjrs pas habitué de voir des gens pauvres mourir dans des hôpitaux à cause du manque d’argent. La corruption aussi pour eux c’est devenu comme une tradition et de voir les gens du gouvernement corrompu normal. Ça, c’est le côté très dur, ainsi que la drogue ! Plus de 50 mille overdoses par an…

Mais le côté positif l’emporte largement. Toutes ces traditions sur le respect, la sagesse, la tolérance sur les religions, etc.… C’est incroyable. Pouvoir pratiquer sa religion comme on en a envie c’est magnifique. L’Indonésie m’a fait comprendre l’islam, même si je ne me considère pas comme un bon musulman, j’ai appris tellement de choses depuis 12 ans que je vis ici. L’islam a fait de moi un homme meilleur. Et ma famille française non musulmane ne s’en cache pas non plus et n’hésite pas à dire aux gens que l’islam a fait de moi quelqu’un de bien …

 

      5. Qu’est-ce qui t’a semblé le plus difficile et est-ce le cas encore aujourd’hui?

Ce qui est vraiment difficile c’est les problèmes de santé, ce n’est pas comme en France, ici sans argent vous pouvez mourir dans un couloir d’hôpital, car personne ne vous soignera s’il n’y a pas un minimum de garanti.

La circulation aussi, il faut le voir pour le comprendre, c’est un enfer ! Sans compter la saison des pluies. Pas très facile quand les routes sont inondées, tout est au ralenti. C’est ce qui a de plus dur pour moi. Mais je sais qu’un jour, ça deviendra un mauvais souvenir tout ça.

 

       6. Qu’est-ce qui te manque ou t’a manqué le plus, et à partir de combien de temps ?

De n’être pas rentré en France quand mon père est décédé en 2010. Ma femme était enceinte et elle a été contaminé par la dengue … le reste j’ai tiré un trait sur ma vie en France, je me sens plus indonésien que français … je ne manquais de rien en France, juste peut être la paix dans mon coeur que j’ai trouvé en Indonésie …

 

 

      7.  Si tu avais pu faire les choses différemment, qu’elles auraient été ses choses, et qu’aurais-tu fait ? (Conseils pour ceux qui aimeraient faire une hijra là-bas)

Si j’avais pu faire les choses différemment, alors :

  • J’aurais appris l’anglais, car beaucoup d’Indonésiens parlent l’anglais
  • avoir un diplôme c’est très important et ça facilite la vie
  • une bonne assurance, car on n’est jamais à l’abri
  • ne pas faire confiance trop vite aux gens (question travail)
  • ne pas avoir peur de faire une hijra, si l‘intention vient du cœur, Allah multipliera et aidera n’importe quelle personne qui se présente dans sur son chemin

Pour les conseils :

  • laisser toujours de l’argent de côté au cas ou (hôpital, urgence, vol, etc)
  • toujours avoir quelques relations ambassade/consulat au cas ou
  • respecter les traditions, coutumes et religions
  • s’informer des lois en vigueur du pays

 

       8. Qu’est-ce que t’as apporté ton expérience indonésienne?

Mon expérience en Indonésie? Beaucoup de choses positives. La patience, car avant j’étais une personne impulsif, je suis devenu quelqu’un de responsable et que la famille est très importante. Cette expérience m’a permis de me convertir en 2008 de me marier en 2010 avec une Indonésienne et d’avoir deux garçons. Donc pour moi cette expérience est extraordinaire ! 

 

 

      9. Quels sont pour toi les obstacles les plus difficiles pour s’installer en Asie en général et en Indonésie en particulier?

Les obstacles les plus difficiles en Indonésie et bien le travail ! Les autorisations pour travailler coutent très cher et pas assez d’entreprises qui cherchent des étrangers pour y travailler. Car il faut savoir qu’en Indonésie et dans pas mal de pays asiatiques d’ailleurs, un employeur doit prouver que votre travail ne peut être fait par un local, protection nationale oblige, du coup peu recrutent des étrangers, sans compter que vous ne pouvez pas exercer certains métiers. Interdiction pour un étranger également de pouvoir acheter une maison, un appart ou un magasin. D’où le fait de bien apprendre les lois pour pouvoir les contourner tout en étant en situation légale.

 

       10. Tu te vois ici pour toujours, ou aimerais-tu aller ailleurs?

Je me vois ici pour toujours. Car je veux mourir ici, auprès de ma petite famille. Aucune envie de rentrer en France, mais vraiment aucune … j’ai internet pour communiquer et je suis très content que ça existe… voilà et qui ne tente n’a rien na rien. Voyager permet de voir et comprendre le monde dans lequel nous vivons.

 

 

Merci à toi encore pour cet interview!

Faites beaucoup de dou’as chez lecteurs, pour ces familles et pour ces pays « musulmans ».

 

=> http://www.ufe.org/dossier-pays/indonesie/sinstaller-en-indonesie

 

Si vous avez aimé ce podcast, partagez le!

 

Aller sur le Forum Hijra/Expatriation:

Forums Hijra/Expatriation
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Créer un nouveau sujet dans “Hijra/Expatriation”

Vos informations:





A propos de l'auteur

Sonia Meunier, 40 ans, co-fondatrice de "Muslim On The Road" et de la "Hijra des Meunier", artiste, vivant et travaillant à Tanger au Maroc.    

Articles similaires