Infos pratiques

 

 

 

Internet /Téléphone

De la France vers la Tanzanie : 00 + 255 + l’indicatif de la ville (il est toujours à 3 chiffres, sans le 0) + le numéro du correspondant.
De la Tanzanie vers la France : 00 + 33 + le numéro du correspondant à 9 chiffres (ne pas faire le 0 également). 

 

Le téléphone

Fixe: 

Dans les principales villes, on trouve sans problème des téléphones publics qui fonctionnent avec des cartes téléphoniques. Plusieurs compagnies existent : MobitelVodacomAirtel et Zante et que chacun d’eux possède sont propre indicatif. Lorsque vous appelez d’un fixe vers un portable, composez l’indicatif de l’opérateur suivi des 6 numéros de votre correspondant. C’est inutile si vous appelez un correspondant qui possède le même opérateur que vous!

Portable:

Renseignez-vous auprès de votre opérateur pour savoir si vous pouvez utiliser l’option « Monde » avec votre portable en Tanzanie. Attention : à l’international, vous êtes facturé aussi bien pour les appels sortants que pour les appels entrants, idem pour les textos.

Acheter une carte SIM/puce sur place est plus avantageux si vous devez appeler des agences, hotels etc et si vous devez rester longtemps. Il suffit d’acheter à l’arrivée une carte SIM locale chez l’un des opérateurs (Airtel, Orange, Safaricom, ce dernier proposant la meilleure couverture réseau) dans les nombreuses boutiques de téléphonie mobile en ville ou à l’aéroport.

Avant de de payer, essayez la nouvelle carte SIM, pour voir si tout est ok. Après on recharge comme n’importe carte pour téléphone portable.
 

Internet

On trouve de nombreux cybercafés dans les grandes villes. Les prix pour se connecter varient entre 500 Tsh les 30 mn à Arusha ou à Zanzibar, environ 300 Tsh les 30 mn à Dar es-Salaam.

Se connecter au wifi est le seul moyen d’avoir accès au Web gratuitement. Attention, ne vous connectez pas aux réseaux 3G ou 4G, au risque d’avoir une très mauvaise surprise! Le plus sage consiste à désactiver la « connexion des données ».

La plupart des hôtels et même certains restos et bars disposent d’un réseau, le plus souvent gratuit. On peut même se connecter à l’aéroport de Nairobi. En revanche, dans les parcs et réserves, c’est beaucoup plus difficile voire impossible. Comme partout, les cybers tendent à disparaître, mais c’est bien en Afrique qu’on en trouve encore en grand nombre. Ces derniers sont en général ouverts au moins jusqu’à 18h, parfois jusqu’à 22h.

 

Décalage horaire

Hiver : + 2h. Quand il est 12h à Paris, il est 14h en Tanzanie.
Été : + 1h.

Durée de vol direct depuis Paris : 11h à 11h45 pour Nairobi.

 

Électricité

220 et 230 volts, 50 Hz. Les coupures en Tanzanie sont assez courant. Les prises sont à 3 fiches, 2 plates horizontales et une verticale. Pensez à vous munir d’un adaptateur pour vos appareils.

 

Transports

 Avion

La compagnie aérienne nationale, Air Tanzania (www.airtanzania.com) n’affrète aucun vol à l’heure où nous écrivons ces lignes. Renseignez-vous sur place, cette information peut évoluer. Voici une liste de compagnies effectuant des liaisons internes. La plupart ont également des vols charters.

  • Air Excel (027-254 8429, 027-250 1597 ; airexcelonline.com). Arusha, Serengeti, lac Manyara, Dar es Salam, Zanzibar.
  • Coastal Aviation(022- 284 3293, 022-211 7959 ; coastal.cc). Une bonne compagnie qui dessert la plupart des parcs et des villes principales comme Arusha, Dar es Salam, Dodoma, Kilwa Masoko, lac Manyara, Mafia, Mwanza, Pemba, Ruaha, île de Rubondo, Saadani, Selous, Serengeti, Tanga, Tarangire et Zanzibar.
  • com(022-212 5912/3, 0752-540540, 0765- 540540 ; www.fly540.com). Kilimanjaro, Arusha, Dar es Salam, Zanzibar, Mtwara, Mwanza.
  • Precision Air(022-216 8000, 022-213 0800, 0784- 402002, 0787-888407 ; precisionairtz.com). Dessert les plus grandes villes dont Bukoba, Dar es Salam, Kigoma, Kilimandjaro, Mtwara, Mwanza, Shinyanga, Tabora et Zanzibar.
  • Regional Air Services(027-250 4477/2541, 0784- 285753 ; regionaltanzania.com). Arusha, Dar es Salam, Manyara, Ndutu, Serengeti et Zanzibar.
  • Safari Airlink(0777- 723274 ; safariaviation.info). Dar es Salam, Arusha, Katavi, monts Mahale, Mufindi, Ruaha, Selous et Zanzibar.
  • Tropical Air (024-223 2511, 0777-412278; www. tropicalair.co.tz). Zanzibar, Dar es Salam, Tanga, Pemba, Mafia et Arusha.
  • ZanAir(024-223 3670/8; zanair.com). Arusha, Dar es Salam, lac Manyara, Mafia, Pangani, Pemba, Saadani, Selous, Serengeti, Tarangire et Zanzibar.
  • Zantas Air(022-213 0476, 0773-786016; zantasair.com). Arusha, Katavi, monts Mahale, Kigoma et Tabora.

 

Bateau/ferry

Des ferries circulent sur les lacs Victoria, Tanganyika et Nyasa, et entre Dar es-Salaam, Zanzibar et Pemba. Les traversées des lacs Tanganyika et Nyasa sont superbes et permettent d’admirer les montagnes et les villages riverains. Une taxe portuaire d’environ 5 $US s’applique à chaque trajet. 

Le Lac Victoria. Le MV Victoria part de Mwanza à 21h les mardis, jeudis et dimanches (couchette 1re/2e classe/ siège 2e/3e classe 35 000/25 600/20 600/ 15 600 Tsh plus taxe portuaire, 9 heures). Il part de Bukoba à 21h les lundis, mercredis et vendredis. Les cabines de 1re classe comprennent 2 couchettes et celles de 2e classe en comptent 6. Vu l’inconfort des sièges de 2e classe, mieux vaut opter pour la 3e classe si vous n’avez pu obtenir de couchettes. Les cabines de 1re et 2e classes se remplissent vite ; réservez dès que possible. Des repas sont servis à bord. Attention : le risque de vol sur le pont et pour les passagers qui n’ont pas pris de cabine est réel.

Le Lac Malawi (Nyasa). En théorie, le MV Songea quitte le port d’Itungi aux alentours de 12h le jeudi et longe la côte jusqu’à la baie de Mbamba via Matema, Lupingu, Manda, Lundu, Mango et Liuli (1re/classe économique 23 000/10 000 Tsh, 18 à 24 heures). Il pousse jusqu’à la baie de Nkhata au Malawi avant de faire le trajet en sens inverse (départ prévu le samedi pour une arrivée à Matema et au port d’Itungi le dimanche).
Plus petit, le MV Iringa, qui dessert également des villages situés sur les bords du lac entre Itungi et Manda (à la moitié du lac du côté tanzanien) ne circulait pas à l’heure où nous rédigions ces lignes. Quand il est opérationnel, il alterne généralement avec le MV Songea. Les horaires de ces deux bateaux changent fréquemment. Renseignezvous à Kyela ou dans un des hôtels de Matema.

 

Bus

Emprunter les bus fait partie des expériences inévitables pour de nombreux voyageurs. Les prix sont raisonnables et les bus sont souvent le seul moyen de rejoindre de nombreuses destinations.

  • Sur les principaux trajets longue distance, vous aurez le choix entre les bus ordinaires et express. La différence de prix vous permet en principe de les reconnaître. Les express font moins de haltes, sont moins bondés et partent à l’heure. Certains disposent de toilettes et de la climatisation ; les plus beaux sont appelés bus “de luxe”. Sur les routes secondaires, seuls circulent des bus ordinaires, souvent bondés, avec de multiples arrêts et des horaires plus souples (voire totalement fantaisistes).
  • S’il est parfois possible d’obtenir une place en arrivant à la gare routière une heure avant le départ, mieux vaut réserver sur les itinéraires fréquentés. Chaque compagnie possède sa propre billetterie, dans la gare routière ou à proximité.
  • Les bus express comprennent une soute à bagages. Sinon, placez votre sac sous votre siège ou à l’avant, près du chauffeur.
  • Les prix sont habituellement fixes, mais il arrive qu’on vous fasse payer une surcharge. La plupart des gares routières sont chaotiques, et vous serez assailli par les rabatteurs dans celles d’Arusha et d’autres destinations touristiques. Achetez votre billet à la billetterie, jamais à un rabatteur, et ne croyez pas ceux qui vous affirment qu’il faut payer un supplément pour les bagages, à moins de transporter une charge énorme !
  • Sur les itinéraires principaux, les bus express vous déposeront à la demande, mais vous devrez souvent payer le tarif plein jusqu’à la ville suivante.
  • Sur les longs trajets, attendez-vous à passer la nuit garé sur le côté de la route ou dans une guesthouse crasseuse.

 

Minibus et taxis collectifs

Pour de courts trajets en dehors des grands axes, vous aurez souvent le choix entre les bus de 30 places (“coastal” ou thelathini) et les dalla-dalla. Dans l’un et l’autre cas, vous voyagerez avec des volailles sur le toit, des sacs de produits alimentaires sous les sièges, pas de place pour les jambes et des horaires fantaisistes. Les dalla-dalla sont particulièrement bondés. Les taxis collectifs restent rares, sauf dans le Nord près d’Arusha et d’autres localités. Comme les bus ordinaires, dalla-dalla et taxis collectifs partent quand ils sont pleins et sont les transports les moins sûrs.

 

 

Camions

Dans les régions les plus isolées (et donc dans une grande partie de l’ouest du pays), les camions tiennent lieu de bus (à un tarif à peu près similaire). Les passagers prennent place à l’arrière, assis ou debout. De nombreuses personnes utilisent ce mode de transport, même sur des trajets desservis par des bus.

 

Train

Pour les plus patients, c’est un moyen de transport qui permet de découvrir la nature et la vie des Tanzaniens. En générale, il y a trois classes : la 1re classe (compartiment de quatre couchettes), la 2e classe (sièges) et la classe économique (banquettes en bois) souvent bondée. Quelques trains disposent également de couchettes en 2e classe (six couchettes). Hommes et femmes ne peuvent voyager ensemble dans les wagons-couchettes qu’en réservant un compartiment entier. La nuit, fermez votre fenêtre en la bloquant, et ne laissez jamais un bagage sans surveillance, même un court moment. Les trains de la Central Line ne possèdent pas de 2e classe.

 

Il y a deux lignes dans le pays :

  1. Tazara :
  • 022- 286 5137/2406/022-286 0340/2033/0713-225292 ;
  • tazarasite.com;
  • A l’angle Nyerere Rd et Nelson Mandela Rd, Dar es Salam

Relie Dar es Salam à Kapiri Mposhi en Zambie via Mbeya et Tunduma. Deux trains relient chaque semaine à Dar es Salam et Kapiri Mposhi en Zambie via Mbeya. Départ de Dar es Salam à 15h50 le mardi pour le rapide (1re/2e/classe économique 35 000/29 800 /22 000 Tsh) et à 13h50 le vendredi pour le classique (30 100/24 000/ 20 000 Tsh). Départ de Mbeya à 14h30 le mercredi (rapide) et à 15h le samedi (classique). Pour plus d’informations sur le train depuis/vers la Zambie.

 

  1. La Central Line: (Tanzanian Railway Corporation)
  • 022-211 7833
  • Angle Railway St et Sokoine Dr, Dar es Salam

Elle relie Dar es Salam à Tabora et Kigoma. Il existe des filiales qui relient Tabora à Mpanda ou Dodoma à Singida. La Central Line ne dessert plus Mwanza.
Les trains de Tazara, plus confortables, sont plus performants. Les pannes et retards (jusqu’à plus de vingt-quatre heures parfois) sont toutefois fréquents sur les deux lignes. Il est possible de prendre le train sur des trajets plus courts (de Dar es Salam au Selous ou entre Tabora et Kigoma). Nourriture en vente à bord de tous les trains.

Réservations

Même si l’on peut parfois trouver une place le jour du départ, réservez les couchettes de 1re ou de 2e classe plusieurs jours à l’avance. Les billets en classe économique peuvent s’acheter le jour même. Départ de Dar es Salam pour Kigoma à 17h les mardis et vendredis (1re/classe économique 60 600/19 100 Tsh, environ 40 heures). Départ de Kigoma les dimanches et jeudis. Tabora-Mpanda (15 600 Tsh, classe économique, environ 14 heures), départ de Tabora à 21h30 les lundis et samedis, et de Mpanda à 13h les mardis et dimanches.

 

Voiture et moto

Dalla-dalla

Les routes locales sont desservies par des dalla-dalla et, dans les régions rurales, par des pick-up ou des vieux 4×4. Les tarifs sont fixes et peu coûteux : de 100 à 200 Tsh pour un trajet en ville. Pleins à craquer, les véhicules marquent de nombreux arrêts. Les accidents sont fréquents, en particulier en minibus. La raison principale est la course que font les chauffeurs pour ramasser les passagers à l’arrêt suivant. Les destinations sont affichées sur le pare-brise ou annoncées par l’assistant du chauffeur, qui collecte l’argent. Si vous avez un gros sac à dos, évitez de prendre un dalla-dalla, en particulier aux heures d’affluence.

Taxi

Présents dans toutes les grandes villes, les taxis ont des plaques blanches sur le continent et un panneau “gari la abiria” (véhicule de passagers) sur Zanzibar. Aucun n’est équipé de compteur et vous devez négocier la course avant de monter. Le prix standard pour une courte course en ville commence à 2 000 Tsh. Dans les principaux centres, de nombreux chauffeurs possèdent une liste de prix “officiels” ; souvent calculés sur la base de 1 000 Tsh le kilomètre, ils sont généralement plus élevés que la normale. Renseignez-vous auprès des habitants sur les tarifs et tâchez d’obtenir un montant voisin. Pour un long trajet hors de la ville, tenez compte de la distance, du prix de l’essence, de l’état de la route et d’un profit équitable pour le chauffeur. En dehors des bornes officielles, ne prenez un taxi que si un hôtel de confiance l’a appelé pour vous. Ne hélez pas les taxis et ne les prenez pas si une personne se trouve déjà à l’intérieur.

 

Louer une voiture

À moins de disposer de leur propre véhicule et d’être habitués à la conduite en Afrique de l’Est, peu de voyageurs s’y risquent. Ils préfèrent en général privilégier une région et réserver un transport local auprès d’un tour-opérateur. À Zanzibar, il est facile et peu cher de louer une voiture ou une moto pour explorer l’île, sachant qu’il est permis de conduire soi-même.

À Dar es Salam, la location d’une voiture revient au moins à 65 $US par jour, carburant non compris, plus 20 à 30 $US d’assurance et de taxes. Pour un 4×4, comptez de 80 à 200 $US par jour, plus l’assurance (30-40 $US par jour), le carburant et le chauffeur (20-40 $US par jour). À cela s’ajoute une TVA de 20%. En dehors de la ville, la plupart des loueurs imposent des 4×4 et, généralement, un chauffeur. Peu de loueurs offrent le kilométrage illimité ; le prix du kilomètre varie de 0,50 à 1 $US. Faites-vous préciser les dispositions prises par la compagnie en cas de panne. Pour les agences de location, voir p. 65. Ailleurs, vous pourrez louer un 4×4 à Arusha, Karatu, Mwanza, Mbeya, Zanzibar Town et dans d’autres localités auprès des agences de voyages, des tour-opérateurs et des hôtels. Les adresses d’agences de location sont indiquées dans les rubriques régionales. Sauf à Zanzibar, elles imposent un chauffeur. Comptez de 80 à 200 $US par jour plus le carburant, moins à Zanzibar. Pour louer une moto, contactez Dustbusters (www.dustbusters-tz.com) à Arusha.

 

Assurance

À moins d’être couvert par un autre biais, comme votre carte de crédit, mieux vaut souscrire l’assurance tous risques proposée par les agences de location.
Permis de conduire
Vous aurez besoin de votre permis de conduire, accompagné de préférence d’un permis de conduire international (obligatoire à Zanzibar ou, à défaut, un permis délivré dans l’île, au Kenya, en Ouganda ou en Afrique du Sud.

 

Carburant et pièces détachées

Lors de la rédaction de ce guide, l’essence coûtait environ 2 200 Tsh le litre. On trouve des stations-service et des garages dans toutes les grandes villes ; ils sont rares ailleurs. Faites le plein à chaque occasion et prévoyez des pièces détachées. Dans les régions reculées et les parcs nationaux, il est indispensable d’emporter des jerricans d’essence. Les stations-service allègent fréquemment essence et diesel au kérosène ou à l’eau. Renseignez-vous aux alentours de la station avant de faire le plein. Certains garages remplacent une pièce mécanique par une autre, de moins bonne qualité. Ne laissez pas votre voiture seule chez le garagiste. Relevez compteur et niveau d’essence avant toute intervention.

 

Code de la route

La conduite est à gauche et les véhicules engagés sur un rond-point ont la priorité. Sauf indication contraire, la vitesse est limitée à 80 km/h ; sur certaines routes, notamment de Dar es Salam à Arusha, la police installe des radars. Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour à l’avant, sous peine d’une amende de 20 000 Tsh. Les motos sont interdites dans les parcs nationaux, sauf sur la section de la nationale Dar es Salam- Mbeya qui traverse le parc national de Mikumi et sur la route qui passe par le parc national de Katavi entre Sumbawanga et Mpanda.

État des routes et sécurité

Environ un tiers du réseau routier tanzanien est asphalté. Les routes secondaires vont de bonnes à impraticables, selon la saison. Vous aurez besoin d’un 4×4 pour la plupart des trajets en dehors des grandes villes.Si vous n’avez pas l’habitude de la conduite en Afrique de l’Est, faites attention aux piétons, aux enfants et aux animaux qui déambulent sur la route ou la traversent. Dans les régions rurales, nombre d’habitants n’ont pas idée des distances de freinage. Ne roulez jamais de nuit et soyez très prudent dans les virages sans visibilité. Des branches d’arbres sur la chaussée équivalent à de panneaux de signalisation ou à des feux de détresse ; ils indiquent un véhicule arrêté, un nid-depoule ou un autre danger.

 

Le stop

Il est strictement interdit dans les parcs nationaux et généralement inefficace alentour. Dans des régions reculées, vous n’aurez parfois pas d’autre choix que de demander à un chauffeur de camion de vous emmener mais cela vous coutera plus ou moins le même prix qu’un trajet en bus ; Ce ne sera donc quasiment jamais gratuit, sauf si vous avez la chance de tomber sur des expats, des touristes, ou des bourgeois. Néanmoins nous ne le vous recommandons pas, surtout si vous êtes seul(e).

 

 

 

Aller sur le Forum Tanzanie :

1 sujet (sur un total de 1)
1 sujet (sur un total de 1)

Créer un nouveau sujet dans “Tanzanie”

Vos informations: