Infos pratiques

 

 

Sécurité

Infos de Diplomatie.gouv

Voyager en Bolivie exige d’observer une vigilance renforcée et d’adopter des mesures de précaution élémentaires :

  • Ne pas se déplacer en arborant des bijoux ou autres objets de valeur, ne pas manipuler de fortes sommes d’argent en public, ne pas conserver son argent ni ses papiers dans une poche extérieure, etc.
  • D’une manière générale, la Bolivie est souvent affectée par des mouvements sociaux, susceptibles de bloquer les routes et donc la circulation des personnes, y compris des touristes, pendant jours voire plusieurs plusieurs semaines. Ne jamais tenter de forcer les barrages. Il est recommandé aux personnes suivant un traitement médical de prévoir une provision suffisante de médicaments.
  • Une attitude prudente est conseillée sur les routes. Il est préférable d’éviter de circuler la nuit.
  • Sur place, le choix d’une agence de voyage et/ou d’un guide devra faire l’objet d’une prise de renseignements préalable, notamment à Rurrenabaque, dans le département du Beni.
  • Si un policier veut procéder à un contrôle d’identité, les voyageurs ne doivent lui présenter que leur passeport. Il convient de refuser systématiquement de monter dans un véhicule avec des policiers ou de les suivre dans des lieux isolés et il faut demander à contacter immédiatement l’ambassade. Cela est d’autant plus vrai aux abords des gares routières et des centres touristiques où se trouvent les hôtels bon marché.
  • Il faut toujours utiliser les services d’un radio-taxi et ne jamais monter dans un taxi trouvé dans la rue (« faux taxi »), notamment aux abords des gares routières. Ces faux taxis conduisent leurs victimes dans un endroit isolé où attendent des complices (parfois de faux policiers), qui dépouillent les voyageurs de leurs objets de valeurs et documents de voyage.
  • En cas de menace contre votre sécurité, appelez des policiers ou des passants qui seraient à proximité, ou encore la réception de votre hôtel ou l’ambassade de France (cf. « Contacts utiles« ).

 

Déplacements dans le pays

Signaler ses projets de déplacements et ses itinéraires, notamment en cas de voyage dans des zones isolées (Salar de Uyuni, Sud Lipez, Sajama, Amazonie) ou dans des régions difficiles d’accès, surtout en saison des pluies (de décembre à avril pour les Yungas, l’Alto Beni, le Beni, etc.). Le dépôt à l’ambassade de photocopies de passeports et de titres de transport est d’une aide précieuse en cas de perte ou de vol.

Ne pas omettre de demander l’accord des autochtones avant de les photographier.

Abord du Lac Titicaca

Les voyageurs seront attentifs à l’état des embarcations.

Salar d’Uyuni

Il convient, dans cette région désertique, de se protéger contre la réverbération le jour, et contre le froid la nuit.

Andinisme

Il est impératif de faire appel à des guides locaux confirmés, quelle que soit votre expérience préalable de la montagne (y compris pour les professionnels). Aucun service de secours en montagne n’existe en Bolivie. Il est également recommandé aux andinistes de vérifier la qualité de prise en charge de leur assurance et qu’il soit notamment bien stipulé dans leur contrat que les prestations d’assistance sont couvertes au-delà de 5000 mètres. Une acclimatation d’au moins dix jours est fortement recommandée avant toute ascension.
De grandes variations thermiques peuvent être enregistrées, notamment à La Paz (entre 15 et 22° le jour ; 0° ou moins la nuit). En dehors des périodes pluvieuses (de décembre à mai), l’atmosphère est très sèche (40 à 60 % d’humidité). Dans toute la région altiplanique (3000 mètres d’altitude et plus), ne pas oublier de se protéger efficacement contre le soleil (crème solaire protection totale (UVA et UVB), couvre-chef, manches longues, lunettes de soleil filtration montagne, etc.).

Amazonie

  • Ne circulez jamais seul.
  • Ne vous éloignez jamais du sentier ou de la piste. Vous pourriez vous perdre très rapidement.
  • Ne vous baignez jamais en dehors des endroits reconnus comme sûrs par la population locale (présence de courants, sauriens, serpents, poissons carnivores…)

 

 

Internet/Téléphonie:

Domaine Internet: .bo

Indicatif: +591

Décalage horaire:

-06h00 (Par rapport à la France ete)

-5 hivers

 

Electricité:

Tension ou voltage : 220 volts

Fréquence du courant : 50 Hz

115V à La Paz et à Viacha.

Attention : vous aurez surement besoin d’un adaptateur pour vos appareils.

Si vous souhaitez utiliser votre téléphone portable en Bolivie, renseignez-vous auprès de votre opérateur avant de partir. Sur place, le signal couvre les villes mais est encore incomplet en campagne et sur les routes. En ville, les centres d’appels (« locutorio ») sont nombreux. Le code pays de la Bolivie est le 591.

Internet est disponible quasiment partout. La plupart des hôtels avec lesquels nous travaillons ont un ordinateur connecté à disposition de leurs clients et le Wi Fi dans les chambres. Les cabines internet sont nombreuses dans toutes les villes, à des tarifs dérisoires.

 

 

Transports:

Le réseau routier s’améliore et de nouvelles routes bitumées ont été ouvertes ces dernières années. Les trajets en avion deviennent également plus faciles et s’avèrent légèrement plus économiques, notamment dans les plaines. La majeure partie de la Bolivie est couverte par de petites sociétés de bus, de bateau et de train, ainsi que par les compagnies aériennes. Néanmoins, les déplacements prennent encore du temps, car les routes sont régulièrement bloquées par des manifestations, des travaux, des éboulements et des inondations, tandis que la baisse du niveau des rivières rend parfois celles-ci infranchissables en bateau.

 

L’avion:

Peu coûteux, les transports aériens nationaux constituent le mode de déplacement le plus rapide et le plus fiable pour rejoindre des destinations excentrées, notamment pendant la saison des pluies. Si les liaisons peuvent être perturbées en raison du mauvais temps, les avions parviennent à desservir le nord du pays pendant les inondations estivales. Les horaires changent fréquemment et les annulations ne sont pas rares. Soyez prévoyant.

Les principales villes du pays (Sucre, Tarija, Cochabamba) sont desservies au départ de La Paz et de Santa Cruz. La ville de Rurrenabaque en Amazonie et celle d’Uyuni sur l’altiplano sont également desservie au départ de La Paz. La Paz est connecté à Lima par 2 vols quotidiens, et à Cusco par 3 vols par semaine. Les villes de Potosi et Tupiza ne sont pas desservies par des vols commerciaux. Notez que les bagages sont limités à 20 kilos en soute sur la plupart des compagnies aériennes boliviennes, plus un bagage de cabine de maximum 5 kilos.

Compagnies aériennes en Bolivie

La disparition de deux grands transporteurs boliviens, Lloyd Aéro Boliviano et AeroSur, a laissé un vide. Il existe aujourd’hui une nouvelle compagnie nationale, BOA (901-105-010 ; www.boa.bo). Transporte Aéreos Militares (TAM ; 2-268-1111 ; www.tam.bo ; Ismael Montes 738, Prado, La Paz) dessert aussi des destinations intérieures.

AeroCon (901-105-252 ; www.aerocon.bo). Dessert les grandes villes du pays et quelques régions reculées.

Amaszonas (2-222-0848 ; www.amaszonas.com). Ses petits avions vont de La Paz à Uyuni, Rurrenabaque, Trinidad, Santa Cruz et d’autres villes des plaines. Lorsque vous lirez ces lignes, il devrait aussi y avoir une liaison vers Cuzco.

 

Le bus:

Relativement sûrs et bon marché, c’est le principal moyen de transport en Bolivie, qui circulent entre toutes les villes du pays. Cependant plutôt inconfortables et parfois éprouvants. On trouve des bus longue distance appelés flotas, des grands bus ou buses, des bus plus petits (généralement plus vieux) nommés micros et des minibus.

Si vous recherchez la gare routière, demandez le terminal terrestre ou le terminal de buses. Chaque terminal facture une taxe modique de quelques bolivianos, que l’on paie à un employé au moment de monter à bord ou lors de l’achat du billet au guichet.

Des bagages déposés dans les casiers en hauteur à l’intérieur des bus disparaissent régulièrement. Surveillez attentivement vos sacs et paquets. En général, sacs à dos et bagages entreposés dans le compartiment à bagages ne risquent rien, mais tâchez quand même de garder un œil sur eux au moment de les y entreposer – il est arrivé que certains bagages “se perdent” ou “disparaissent”. Au départ, on vous donne une étiquette à montrer pour les récupérer.

À l’exception des liaisons les plus empruntées, les bus partent presque tous à la même heure, quelle que soit la compagnie. Entre deux villes, on trouve habituellement au moins un bus par jour. Sur les itinéraires les plus fréquentés, vous aurez le choix entre des dizaines de départs quotidiens.

Il vaut toujours mieux vérifier l’état des bus de plusieurs compagnies avant d’acheter son billet – certains véhicules sont de véritables tacots aux vitres brisées, aux pare-brise fissurés et aux pneus très usés ; par prudence, évitez-les au profit de bus en meilleur état, quand bien même il faudrait payer un peu plus cher. Ne cherchez pas à faire des économies s’il en va de votre sécurité.

Classes et tarifs

Sur les principaux itinéraires longue distance, les meilleures compagnies proposent le choix entre la classe coche (ou bus), semi-cama (siège inclinable pourvu d’un repose-pied) etcama (couchette). Une couchette peut coûter le double du prix normal, mais cela en vaut la peine. Les bus touristiques ralliant des grandes villes comme Copacabana et Uyuni valent deux fois plus cher que les bus ordinaires mais sont plus sûrs et plus confortables. Le magnétoscope des bus les plus récents est souvent en meilleur état que les sièges inclinables et, avec un peu de chance, le chauffage peut fonctionner, des en-cas peuvent être servis et les toilettes sont parfois utilisables.

Les prix varient selon le standing des bus – du plus luxueux bus cama à l’ancien bus Bluebird – et la longueur du trajet (qu’il soit de nuit ou de jour).

Réservations

Par sécurité, réservez votre billet au moins plusieurs heures à l’avance. De nombreux bus partent l’après-midi ou le soir et arrivent à destination au petit matin. Des bus circulent de jour sur la plupart des itinéraires principaux. Bolivia en tus Manos (www.boliviaentusmanos.com/terminal) publie les horaires des bus au départ de grandes villes telles que Cochabamba, La Paz, Potosí et Sucre.

Circuits organisés locaux

De nombreux circuits organisés partent de La Paz ou de la ville la plus proche du lieu que vous souhaitez visiter. Ils sont pratiques pour ceux qui manquent de temps, qui n’ont pas envie d’emprunter les transports publics ou pour explorer des régions reculées. Les prix, souvent avantageux, varient en fonction de l’importance du groupe et du mode de déplacement.

Quantité de tour-opérateurs proposent des forfaits de trekking, d’alpinisme ou d’aventure dans la jungle. Pour les ascensions dans les Cordilleras, ils organisent des expéditions à la carte ; ils peuvent se contenter de fournir guide et moyen de transport ou prendre tout en charge, de l’équipement aux porteurs et au cuisinier. Certains louent également des équipements de trekking.

Avant de prendre contact avec une agence, consultez son site web.

  • Akapana Tours(2-242-0013 ; akapanatours.com ; Piso 11-D, Edificio Melissa, Av. Sanchez Lima 2512, Sopocachi, La Paz). Agence proposant divers circuits personnalisés dans tout le pays. Au programme notamment : circuits aventure, culture, trekking et escalade. L’agence est spécialisée dans les destinations sortant des sentiers battus comme la Cordillera Apolobamba, la Cordillera Quimsa Cruz et Torotoro.
  • America Tours(2-237-4204 ; america-ecotours.com; 16 de Julio 1490 No 9, Prado, La Paz). Chaudement recommandée, cette agence anglophone propose un vaste choix de séjours et de circuits écotouristiques autour de La Paz et partout en Bolivie.
  • Bolivia Millenaria(2-241-4753 ;millenariantours.com ; Av. Sanchez Lima 2193, Sopocachi, La Paz). Cette agence gère l’écolodge Tomarapi à Sajama et organise des circuits culturels en Bolivie.
  • Bolivia Specialist(4-643-7389 ;boliviaspecialist.com ; Ortiz 30, Sucre). Excursions dans toute la Bolivie et dans la région de Sucre. Si le bureau de Sucre est fermé, renseignez-vous au bar-restaurant Florín (carte p. 196 ; Bolívar 567).
  • Bolivian Journeys (7-201-4900 ;bolivianjourneys.org). Spécialiste de l’escalade, de l’alpinisme et du trekking, cette agence organise des ascensions guidées jusqu’à Huayna Potosí. Location
  • de matériel, vente de cartes et de recharges pour réchaud à gaz.
  • Candelaria Tours(4-644-0340 ; candelariatours.com; Plazuela Cochabamba, Sucre). Cette agence professionnelle, au personnel anglophone, propose de nombreux types de circuits. Ceux vers Tarabuco et Candelaria sont particulièrement recommandés. Offre aussi des programmes permettant aux touristes de travailler dans des communautés indiennes, notamment dans le domaine des textiles.
  • Forest Tours (3-337-2042 ; forestbolivia.com; angle Junín et 21 de Mayo, Galería Casco Viejo, Bureau 115, Santa Cruz). Agence anglophone compétente et extrêmement serviable offrant des circuits dans la région de Santa Cruz et ailleurs, dont le Samaipata et le Parque Nacional Amboró.
  • Fremen Tours(2-244-0242 ; andes-amazonia.com ; angle Av. 6 de Agosto et Perez, Edificio V Centenario, Oficina 6-C, La Paz). Agence haut de gamme spécialisée dans les circuits d’aventure faciles en Amazonie et dans le Chapare ; possède aussi un bureau à Cochabamba (carte p. 178 ; 4-425-9392 ; Tumusla N-245) et à Uyuni (carte p. 152 ; 2-693-3543 ; Sucre 325).
  • Inca Land Tours(2-231-6760 ; incalandtours.com ; Sagárnaga 233 No 3, La Paz). Agence péruvienne bien établie et bon marché organisant des circuits à partir de Rurrenabaque et de Coroico.
  • Madidi Travel (2-231-8313 ; madidi-travel.com; Linares 968, Rosario, La Paz). Spécialisé dans les excursions à Madidi, ce tour-opérateur possède une réserve privée de 4 000 ha à l’intérieur du parc.
  • Magri Turismo (2-244-2727 ; magriturismo.com; Capitán Ravelo 2101, Prado, La Paz). Différents types de circuits en Bolivie.
  • Topas Bolivia (2-211-1082 ; topas.bo; Carlos Bravo 299, La Paz). Née de l’alliance de Topas Denmark et d’Akhamani Trekking, cette agence de circuits d’aventure au personnel anglophone est tenue par des professionnels d’expérience. Circuits de grande qualité dans tout le pays, mettant l’accent sur le trekking et l’escalade.
  • Turisbus (2-244-1756 ; turisbus.com; Illampu 704, Hotel Rosario, Rosario, La Paz). Vaste choix d’excursions d’une ou plusieurs journées pour groupes et voyageurs individuels.

 

Voitures:

Les véhicules privés: Si vous êtes un petit groupe, vous pourrez effectuer vos trajets en véhicule privé, particulièrement entre Uyuni,Potosi et Sucre. Une bonne manière de découvrir le pays à votre rythme en effectuant des arrêts à la demande ! Sur des plus longs trajets, tels que La Paz-Uyuni, La Paz-Sucre ou La Paz-Santa Cruz, nous recommandons l’avion.

En stop

Quel que soit le pays, surtout en Amérique latine,  le stop présente toujours un risque.

 

Le train: Le train n’est pas très développé en Bolivie. La principale ligne est celle qui relie Oruro à Uyuni, qui offre un confort correct, bien qu’un peu vieillot. Les départs ne sont pas quotidiens et le voyage est très long. Nous recommandons l’avion pour rejoindre Uyuni.

Depuis la privatisation au milieu des années 1990, les services ferroviaires de passagers ont été réduits. Le réseau ouest, géré par l’Empresa Ferroviaria Andina (FCA ;www.fca.com.bo), circule entre Oruro et Villazón (à la frontière argentine) ; une ligne dessert le Sud-Ouest, d’Uyuni à Avaroa (à la frontière chilienne).

À l’est, une ligne gérée par Ferroviaria Oriental(www.ferroviariaoriental.com) relie Santa Cruz et Quijarro (à la frontière brésilienne), d’où vous pourrez rejoindre le Pantanal. Un service peu fréquenté part vers le sud, de Santa Cruz à Yacuiba, à la frontière argentine. Au moment de notre passage, il existait un projet pilote de trains touristiques entre La Paz et Tiwanaku.

Les billets de train coûtent de 32 à 224 $B selon la classe et la distance, des prix compétitifs par rapport à ceux des bus.

Réservations

Même dans les grandes villes, les réservations ne peuvent se faire que le jour du départ. Dans les petites gares, il arrive que les billets ne soient vendus qu’à l’arrivée du train. Les gares intermédiaires d’une certaine importance ne disposent que de quelques places, mises en vente au bon vouloir des employés. Vous obtiendrez les renseignements les plus fiables auprès du jefe de la estación (chef de gare).

Lors de l’achat des billets, vous devrez présenter les passeports de tous les voyageurs qui vous accompagnent – une mesure qui date de l’époque où les billets se revendaient avantageusement au marché noir.

 

 

Bateau

  1. Bateau fluvial: Aucun service de passagers ne circule sur l’Amazone et il faut s’adresser aux cargos. Les itinéraires les plus empruntés sont Puerto Villarroel-Trinidad et Trinidad-Guayaramerín. Quelques bateaux effectuent la liaison entre Rurrenabaque ou Puerto Heath et Riberalta, mais ils se font de plus en plus rares.
  2. Ferry: Le seul service régulier de ferry relie San Pedro et San Pablo par l’Estrecho de Tiquina (détroit de Tiquina), sur le lac Titicaca. Des vedettes et des canots permettent d’explorer les îles boliviennes du lac Titicaca. Les îles Huyñaymarka, au sud du lac, sont desservies par des bateaux et des circuits organisés au départ de Huatajata.

Pour visiter l’Isla del Sol, vous pouvez choisir un circuit organisé, louer une vedette ou prendre un service régulier à Copacabana, ou bien vous entendre avec un batelier à Yampupata ou dans les villages en chemin. Deux ou trois compagnies bien établies proposent des croisières en bateau à moteur ou en hydroglisseur. Réservez votre trajet à la plage de Copacabana ou à Huatajata.