Religion

 

Le syncrétisme est ce qui défini le mieux la religion en Bolivie.

La religion officielle, entérinée par la Constitution de 2009, est le catholicisme. La grande majorité de la population se revendique catholique, mais en réalité, le degré de ferveur varie largement selon les personnes et les régions.

De fait, le catholicisme est, historiquement, un outil de colonisation et un moyen de contrôle des masses par la classe dirigeante. Par conséquent, être catholique est perçu comme un élément qui joue en faveur de son prestige social, d’où le grand nombre de personnes qui se revendiquent catholique (environ 78% de la population).

Mais de façon concrète, ce christianisme est fortement coloré de croyances, pratiques et superstitions locales. En effet, il n’est pas rare de voir un prêtre baptiser des voitures, comme pendant la fête de la Vierge de Copacabana, et des paysans aller à la messe avant de procéder à un rituel andin à coup de feuille de coca et de sacrifice d’animaux.

Dans les campagnes, la conception andine du monde, où l’homme ne domine pas mais est un élément intégrant de la nature, et les croyances andines, magiques, restent profondément ancrées. On vénère la Terre-mère (Pachamama), le Soleil (Inti) et la Lune (Killa).

L’esprit des montagnes, les Apus, protègent les villages et favorisent la fertilité des terres. Les Boliviens ont souvent tendance à avoir recours aux sorciers-guérisseurs, les curanderos, plutôt qu’aux médecins issus de la médecine occidentale. Les superstitions et autres explications magiques ont encore bon train pour expliquer les phénomènes mystérieux et incompréhensibles.

Parallèlement à ces fortes croyances traditionnelles, il faut noter l’émergence de nouveaux mouvements protestants, comme les évangélistes ou les adventistes, prédisant la fin du monde et autres catastrophes à venir. Mais ces mouvements restent souvent cantonnés aux villes, et n’atteignent pas les campagnes.

 

L’Islam en Bolivie

Statistiques de l’islam en Bolivie estiment une population musulmane d’environ deux mille, ce qui représente moins de 0,1% de la population totale. Les organisations musulmanes dans le pays incluent le Centre islamique de Bolivie à Santa Cruz, Sucre et Cochabamba, et le groupe musulman en Sucre.

 

Le Centre islamique de Bolivie (en espagnol: Centro Islamico Bolivien, CIB) a été créée en Août 1986 par l’Imam Mahmud Amer Abusharar, qui est arrivé de la Palestine en 1974. En 1992, une commission pour la construction de la première mosquée en Bolivie a été approuvé, et il était achevé en Septembre 1994, dans la ville de Santa Cruz. Abusharar décédé le 14 mai 2011. Actuellement, la CIB n’a pas de succursales à Sucre, Cochabamba ou La Paz, et sa communauté est essentiellement immigrée. Sur le plan international, la CIB est pas une branche de l’Organisation islamique pour l’Amérique latine.

 

En 2004, la première mosquée sunnite officielle, le Yebel Une mosquée Nur, a été fondée en 2004 à La Paz. Avant que l’islam était plutôt inconnu dans la ville et la communauté musulmane était composée de quelques-uns qui se rencontrent fréquemment dans leurs maisons. Alors que la communauté musulmane a augmenté progressivement à La Paz, les différences d’opinions, des problèmes d’ego, et de complot pour la gestion causent à la communauté beaucoup de tort et la divise en factions. La Yebel Une mosquée Nur reste autofinancé avec des liens étroits avec le Centre bolivien islamique sunnite de Santa Cruz, tandis que les As-Salam Mosque reçoit les adeptes sunnites et chiites, les connexions et le financement.

 

Halal food:

 Il est très difficile de trouver des halal food dans le pays.

 

Mosquées:  centre et mosquée recensé en Bolivie

En tout 5 lieux de prière entre centres et mosquées en Bolivie, c’est qui est très peu également.