Religion 

 

La religion au Canada inclut une très grande diversité de groupes religieux et de croyances. La majorité de la population canadienne est chrétienne, représentant 67 % des Canadiens. L’Église catholique romaine est la plus grande dénomination parmi les Chrétiens canadiens.

Les autres religions, les principales étant l’islam 3.2% , l’hindouisme 1.5%, le sikhisme 1.4%, le bouddhisme 1.1% et le judaïsme 1%, englobent 8 % de la population. Les taux d’affiliation à une religion sont en baisse constante.
Environ 24 % des Canadiens déclarent n’avoir aucune affiliation religieuse.

Le préambule de la Charte canadienne des droits et libertés fait référence à «Dieu» et le monarque canadien porte le titre de Défenseur de la Foi. Le Canada n’a aucune religion d’État et l’appui au pluralisme religieux et à la liberté religieuse est un élément important de la culture politique du Canada.
Avant la colonisation européenne, les religions aborigènes étaient surtout animistes incluant une vénération intense des esprits et de la nature.

Le nombre de musulmans est passé de 98 000 en 1981, à plus d’1 millions de personnes. La plus grosse concentration se retrouve à Toronto dans la province de l’Ontario, où 7.7% de la population est musulmane (environ 425 000 musulmans). La majorité des musulmans au Canada sont sunnites, et une minorité adhère à la branche Chiite Ahmadiyya. La plupart des musulmans sont originaires d’Inde, du Pakistan, d’Iran, d’Egypte, du Liban, d’Asie du sud, de Somalie et d’Afghanistan.

Au Québec, où l’on retrouve environ 221 000 musulmans, nous retrouvons une population du Maroc, d’Algérie et du Liban. En plus de Toronto, Ottawa et Montréal, presque chaque zone métropolitaine canadienne majeure a une grande communauté Musulmane, y compris Vancouver (73,215), où plus d’un tiers sont des iraniennes, Calgary (58,310), Edmonton (46,125), Windsor (15,575), Winnipeg (11,265) et Halifax (7,540).

Dans les années 1980, le Canada est devenu un lieu de refuge important pour ceux qui ont fui la guerre civile du Liban.

Quatre ans après la fondation du Canada en 1867, le Recensement canadien 1871 a trouvé 13 Musulmans européens parmi la population. Un grand nombre de Bosniaks est venu au sol américain beaucoup comme des Chrétiens de l’Europe; certains sont venus avant la Première guerre mondiale. La première mosquée Canadienne a été construite dans Edmonton en 1938, quand il y avait environ 700 Musulmans européens dans le pays. Cette construction (bâtiment) fait maintenant partie du musée au Fort Edmonton le Parc.
Les années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, ont vu une légère augmentation de la population Musulmane.

C’était seulement après les grandes vagues d’immigration européennes, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, que les Musulmans ont commencé à arriver en nombre important.
Les musulmans bosniaques et albanais ont été les initiateurs et les participants principaux à la fondation de toutes les premières mosquées à Toronto.

La première mosquée de Toronto fût la Mosquée Jami (56 Boustead Avenue).
Plus tard, avec l’action de Dr Qadeer Baig, un professeur d’université de Toronto, cette mosquée fût acheté par des musulmans asiatiques, tandis que les albanais et bosniaques fondèrent plus tard leurs propres mosquées : Société Musulmane albanaise de Toronto sur 564 Annette st. au Centre Islamique bosniaque.

La première école Islamique en Amérique du Nord, l’institut Islamique Al-Rashid (http: // alrashid.ca), a été établi en 1983 à Cornouailles, Ontario. Cette école a été établie par Maulana Mazhar Alam, à l’origine de Bihar, en Inde, sous la direction de son professeur l’érudit indien Muhammad Zakariya Kandhlawi, et se concentre sur l’école de pensée Hanafi traditionnelle. En raison de sa proximité avec les Etats-Unis, l’école a historiquement eu un haut ratio d’étudiants américains. 

La mosquée la plus vieille à Toronto, construit dans le style Ottoman, est située dans le quartier d’Etobicoke. Elle fait partie du Centre Islamique bosniaque, dont la conversion en mosquée (à l’origine une vieille école Catholique achetée pour 75000 CAO) fût achevée le 23 juin 1973, avec l’assistance des Chrétiens locaux.

Dans les années 1970 l’immigration non-européenne à grande échelle au Canada a commencé.
Il y a aussi des musulmans arabes, qui sont originaire d’Égypte, d’Irak, de Jordanie et quelques autres pays dans le Moyen-Orient. La population irakienne est évaluée à environ 100,000 en 2013 et autour de 90 % d’entre eux sont musulmans.

Beaucoup de Musulmans arabes sont arrivés en Ontario dans les années 1990.
Un aspect majeur de la communauté Musulmane au Canada est le nombre d’associations existantes, comme le Conseil Musulman de Montréal, ou le Conseil de Toronto. Ces organisations qui ont affaire principalement à des questions concernant leur ville, sont aussi des supports pour les associations nationales.
Comme la communauté est grande et diversifiée, avec plus de 60 groupes ethnoculturels, diverses organisations voient le jour continuellement.

Des initiatives dirigées par des étudiants sont généralement bien soutenues, qui ont donné le jour à des événements annuels comme le Muslim Fest et la Ranimation, la conférence spirituelle Islamique, le plus grand événement Islamique au Canada.


Les années 1990 ont vu des musulmans somaliens arriver, à la suite de la Guerre civile somalienne aussi bien que Bosniaks, s’enfuyant de l’ancienne Yougoslavie. 

Comme la Charte des droits et libertés canadienne garantit la liberté d’expression religieuse, les Musulmans canadiens ne font face à aucune discrimination religieuse officielle.

Sous la Section 2 (a) de la Charte, le port d’un hijab est autorisé dans les écoles et sur les lieux de travail. Les fêtes religieuses et les obligations alimentaires sont aussi respectées (mais en dehors des zones urbaines majeures, il est assez difficile de trouver de la nourriture halal).

En décembre 2011 Jason Kenney, le Ministre de l’Immigration du Canada, la Citoyenneté et le Multiculturalisme, ont annoncé que les femmes devront obligatoirement découvrir leurs visages pendant des cérémonies de citoyenneté.

 

Halal food:
On retrouve une nourriture halal variée grâce à la multiethnicité des habitants musulmans : chinois, indiens, libanais, irakiens, afghans et maghrébins répartis dans leur quartiers. 
A Toronto, l’on retrouve plus de 400 restaurants halals. Montréal/Québec possède également un forte communauté maghrébines, ou le halal est facile à trouver. 

Mosquées:
Vous retrouverez plusieurs mosquées dans les grandes villes du Canada.

 

(Source Wikipédia)