Religion 

 

 

La religion est prépondérante en Inde.

La religion la plus pratiquée en Inde est l’hindouisme (79,8 %). Viennent ensuite l’islam (14,2 %), le christianisme (2,3 %), le sikhisme (1,7 %), le bouddhisme (0,7 %), le jaïnisme (0,4 %), le judaïsme et le zoroastrisme.

Parmi ces religions, l’hindouisme, le jaïnisme le bouddhisme, le sikhisme sont nés en Inde.

Islam en Inde

Parmi les 135,5 millions de musulmans indiens, la plupart vivent de l’État de l’Uttar Pradesh (30,7 millions), dans le Bengale-Occidental (20,2 millions), et le Bihar (13,7 millions). Les musulmans constituent une majorité de la population dans Jammu-et-Cachemire(67 %), et Lakshadweep (95 %). Il existe également de fortes proportions de musulmans dans l’Assam (31 %), au Bengale-Occidental (25 %) et au Karnataka (15 %).

Alors que le bouddhisme est originaire d’Inde, il est pratiqué à l’heure actuelle par une minorité de la population, notamment les Tibétains réfugiés depuis l’intervention au Tibet par la Chine, et des intouchables (la caste la plus basse). Mais depuis quelques années, l’élite urbaine et la classe moyenne indiennes commencent doucement à s’intéresser de plus en plus au bouddhisme avec l’arrivée des écoles bouddhistes du Japon.

Après l’Indonésie et le Pakistan, l’Inde est le troisième pays ayant la communauté musulmane la plus importante. Depuis son introduction en Inde au début du 8e siècle l’islam a contribué à de nombreux apports à la culture, à la société et à la vie politique indienne. Mais il y eut aussi des conflits entre musulmans et hindous tout au long de l’histoire de l’Inde, jusqu’à aujourd’hui. La raison principale est que la cessation britannique de l’Inde en 1947 a eu pour conséquence un déplacement de populations musulmanes dans le nouvel État du Pakistan puis du Bangladesh, de façon que ces deux pays soient majoritairement musulmans tandis que l’Inde restait majoritairement hindoue. L’opposition religieuse entre l’Inde et le Pakistan est un facteur essentiel des relations entre les deux pays, alors qu’en Inde même, des conflits parfois violents persistent entre les membres des deux religions.

La constitution avortée de 1950 prévoyait une tolérance religieuse et une égalité pour les différentes religions. Pourtant, la situation des musulmans en Inde restait souvent critique. Parmi les musulmans, ceux qui ont fui vers le Pakistan voisin (appelés Muhajirs), étaient avant tout des gens aisés, de sorte qu’il resta encore moins de musulmans fortunés, qui dans un environnement majoritairement hindouiste suscitaient encore davantage de suspicion.

L’opposition entre hindous et musulmans reste encore aujourd’hui dans la société indienne aussi virulente que l’opposition entre l’Inde et le Pakistan, qui disposent tous deux de la bombe atomique. Néanmoins, en concession à leur statut de minorité forte dans la population, les musulmans indiens ont un droit qui leur permet de vivre le mariage islamique.

 

Halal food :

Dans les quartiers musulmans, vous pourrez trouver de la viande halal (attention à l’hygiène tout de même), mais si vous n’en trouvez pas, l’Inde regorge de plats végétariens, qui vous feront oublier les plats avec de la viande.

Organisme de certification officiel : http://www.halalindia.co.in/

Mosquées :

Les musulmans étant très présents dans le pays, suivant les quartiers et les régions vous trouverez des mosquées, au moins dans les plus grandes villes du pays.

En Inde vous trouverez dans le quartier d’Old Delhi (le quartier musulman de Delhi) la Jama Masjid (la mosquée rouge), qui est la plus grande mosquée et la plus connue en Inde, elle possède trois portes et deux minarets. Fondée en 1656, la Mosquée Jama a une capacité de 85 000 personnes, la cour quant à elle peut contenir 25 000 fidèles. La mosquée abrite des vestiges islamiques, parmi eux un ancien texte du Saint Coran écrit sur peau de daim.

 

 

(Source Wikipédia)