En bref

 

 

Superficie:
329 750 km2

 

Population:

30 417 000 hab.

 

Capitale:
Kuala Lumpur, 
Putrajaya (capitale administrative)

 

Politique:

La Malaisie est membre de l’ASEAN (Association des Nations d’Asie du Sud-Est).

Le Parlement se compose de la Chambre des représentants et du Sénat.

La Chambre des représentants est composée de 192 sièges élus au suffrage universel tous les 5 ans.

Le Sénat est composé de 69 membres désignés pour un mandat de 3 ans : 43 sénateurs sont nommés par le Yang di-Pertuan Agong dont 2 pour le territoire fédéral de Kuala Lumpur et 1 pour le territoire fédéral de Labuan et 26 sont élus par les Assemblées législatives des États.

La Malaisie a assuré la présidence du Mouvement des non-alignés entre 2003 et 2006. Elle est couverte en cas d’agression par les accords militaires des Five Power Defence Arrangements.

La Malaisie est une fédération composée de treize États (negeri) et de trois districts fédéraux (wilayah persekutuan). Les États sont les onze de la péninsule Malaise (dont les neuf sultanats) : PerlisKedahPenangPerakKelantanTerengganuPahangSelangor,Negeri SembilanMelakaJohor, et les deux États de Sarawak et de Sabah sur l’île de Bornéo.

Langues:

La principale langue utilisé en Malaisie est le Malais. Mais étant donné que plusieurs ethnies se côtoient, on pourrait résumer que les langues les plus utilisées sont l’anglais, le malais, le cantonais, le mandarin et le tamoul.

Economie:

La Malaisie fait partie des « tigres asiatiques », elle est passée en 25 ans du stade de pays en voie de développement à celui de pays développé. Le développement de la Malaisie est organisé en fonction de plans de développement quinquennaux.

En mars 2006, le gouvernement a lancé le 9e plan de développement. Le gouvernement a pour but d’arriver en 2020 a une nation pleinement moderne et développée. Malaysia 2020 constitue un véritable leitmotiv dans le pays[réf. nécessaire]. L’essor économique de la Malaisie se réalise grâce à la modernisation des transports (métro à Kuala Lumpur, autoroutes, ponts, ports de commerce), des communications et des infrastructures énergétiques, ainsi qu’au développement des zones industrielles et aux incitations fiscales pour les investisseurs dans des industries d’exportation.

La monnaie officielle du pays est le ringgit malaisien (RM). Un euro vaut approximativement 4,10 RM (Décembre 2014). Le 21 juillet 2005, Bank Negara, la banque nationale malaisienne a mis fin au régime de change fixe avec alignement sur le dollar américain, pour passer à un régime de flottement administré.

 

Le Japon, les États-Unis et Singapour sont les principaux partenaires économiques du pays. La Malaisie est devenue un leader mondial dans la production de composants électroniques, notamment les semi-conducteurs, et elle est le premier pays d’Asie du Sud-Est à concevoir et produire une automobile, la Proton. Proton est à présent concurrencé par une seconde société malaisienne : Perodua (Perusahaan Otomobil Kedua Sdn Bhd, littéralement « Deuxième Société Automobile »).

Les principales ressources du pays sont :

  • Sous-sol
  • or
  • étain
  • fer
  • bauxite de la côte occidentale
  • gaz et pétrole exploités en mer au large de la côte orientale
  • Agriculture et sylviculture
  • bois
  • caoutchouc (troisième rang mondial)
  • huile de palme (premier producteur mondial)

Géographie:

 

La Fédération de Malaisie se situe en Asie du Sud-Est centrale, bordant la Thaïlande au nord, avec Singapour au sud et l’Indonésie au sud et à l’ouest. Le pays est composé de deux régions distinctes :

Malaisie péninsulaire ou occidentale et la Malaisie orientale avec les états de Sabah et Sarawak sur la côte Nord de l’île de Bornéo, 650 à 950 km à travers la Mer de Chine méridionale. Sarawak partage aussi des frontières avec Brunei.

La Malaisie péninsulaire est une zone de chaînes de montagnes boisées courant entre le nord et le sud, où l’on retrouve de chaque côté des plaines côtières à basse altitude. Le littoral s’étend sur 1 900 km.  La côte ouest regorge de marais de mangrove et de lacs vaseux qui se séparent dans des baies et des affluents. À l’ouest, les plaines ont été dégagées et cultivées, tandis que la côte non abritée jouxte la jungle dense. 

 

Les îles majeures sont Langkawi (un groupe de 99 îles), Penang et Pangkor sur la côte ouest; et Tioman, Redang, Kapas, Perhentian et Rawa sur la côte est.

À Bornéo, dans l’affluent de Sarawak, on retrouve des plaines côtières marécageuses avec des rivières pénétrant dans les collines couvertes de jungle et les montagnes de l’intérieur. Sabah a une plaine côtière étroite qui cède peu à peu sa place aux montagnes et la jungle au fur et à mesure qu’on pénètre dans le pays.  Elle possède également une renommée mondiale avec l’île de Sipadan.

 

Enfin, avec 4 094 m d’altitude, Kinabalu est le sommet le plus haut en Malaisie et en Asie du Sud-Est.

 

Histoire:

L’histoire de la Malaisie telle qu’on la connait aujourd’hui, a une histoire jeune. En effet pays n’aqui sont indépendance qu’en 1963. Il est marqué par quatre grandes phases: Les royaumes Javanais, la période islamique, la colonisation, l’indépendance.

 

Les Royaumes et l’avènement de l’Islam: 

On retrouve des vestiges hindo-bouddhiques datant du 4e et 5e siécle, ainsi que qu’un péme du royaume Javanais datant de 1365, parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume, les noms de Kalanten (Kelantan), Keda (Kedah), Kelang (Klang dans l’État de Selangor), Lengkasuka (Langkasuka), Pahang et Tringgano (Terengganu). En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s’étendait que sur une partie de l’est et du centre de Java. Les « contrées tributaires » étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s’assurer que ces comptoirs ne s’adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Selon la tradition, Parameswara, un prince de Palembang dans le sud de Sumatra, refusant la suzeraineté de Majapahit, se réfugie sur l’île de Temasek (l’actuelle Singapour), puis s’établit finalement sur la côte ouest de la péninsule Malaise vers 1400 et fonde Malacca. Une mission chinoise se rend à Malacca en 1403.

Située en un point de passage obligé pour les échanges maritimes entre l’Inde et la Chine que contrôlent les marchands musulmans, Malacca devient le port le plus important d’Asie du Sud-Est. Le grand amiral chinois musulman Zheng He, qui mènera sept expéditions vers l’Inde, le Moyen-Orient et l’Afrique de l’Est entre 1405 et 1433, fait plusieurs fois escale à Malacca. Les souverains de Malacca se convertissent à l’islam.

Une inscription à Pengkalan Kempas dans le Negeri Sembilan témoigne de la transition en train de s’opérer dans le pays. Écrite en malais, elle est constituée de deux parties. L’une est dans une écriture d’origine indienne semblable à celle de deux pierres tombales trouvées à Minye Tujuh enAceh, dans le nord de Sumatra. Cette partie porte la date de 1385 de l’ère hindoue Saka, soit 1463ap. J.-C. L’autre est rédigée en alphabet arabe.

 

De la colonisation à l’Indépendance:

Attirés par le commerce lucratif des épices; Les Portugais, les Néerlandais et les Britanniques vont successivement se disputer le contrôle du détroit. Et c’est durant l’année 1511, que cette présence européenne marquera à jamais la région avec la prise de la ville de Malacca (Melaka en Malais) par le vice-roi portugais des Indes, Afonso d’Albuquerque, parti de Goa à la tête d’une flotte de dix-huit bateaux de 1200 hommes. Cette prise aura deux conséquences fondamentales: la rupture du réseau des marchands de l’Asie du Sud-Est insulaire et péninsulaire et la christianisation de l’Est de l’archipel indonésien. En 1641, les hollandais de la VOC ou compagnie hollandaise des Indes orientales, alliés à Johor, prennent à leur tour Malacca au Portugais. La Malaisie actuelle résulte de l’entrée en1963 des territoires britaniques de Bornéo devenus indépendants Sabah et Sarawak dans la Fédération de Malaisie, elle même devenue indépendante en 1957.

 

L’utilisation du nom de « Malaisie » pour désigner la péninsule malaise est également récente. Ce nom est la francisation de Malaya dans l’expression « British Malaya » (Malaisie britannique) par laquelle les Britanniques désignaient, à partir de la fin du xixe siècle, les territoires qu’ils contrôlaient sur la péninsule.

 

Jusqu’en 1912, le nom de « Fédération de Malaisie » ne s’appliquait qu’à l’entité créée en 1896 par les Britanniques et devenue indépendante en 1957, « l’Union malaise » (Malayan Union). Celle-ci regroupait, dans la péninsule malaise, les États malais, qui avaient auparavant le statut de protectorats, et les Strait Settlements, c’est-à-dire les colonies de Malacca, Penang et Singapour.

 

Lorsque les territoires britanniques de Bornéo, Sabah (British North Borneo) et Sarawak deviennent indépendants en 1963 et acceptent de rejoindre la Malaisie, la nouvelle entité est baptisée du néologisme de « Malaysia ».

 

 

(Source Wikipédia)