Santé 

 

 

Le système de santé est l’un des meilleurs au monde, malgré que celui-ci soit marqué par des inégalités territoriale comme social. Néanmoins les soins dispensés dans les hôpitaux et par les médecins sont des très bonnes qualités.

 

Aucune vaccination n’est exigée en arrivant en France :

La vaccination contre la fièvre jaune en provenance d’une zone endémique, sont conseillées pour des raisons médicales :
Adultes : mise à jour des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite ; vaccination contre la typhoïde, l’hépatite A, l’hépatite B. Il est recommandé d’être vacciné contre la grippe pour les voyages en période d’hiver.
Enfants : vaccinations recommandées en France par le ministère de la Santé – et en particulier : B.C.G. et hépatite B dès la naissance, rougeole dès l’âge de 9 mois : On trouve tous les vaccins sur place.

 

Quand on est étranger pour se soigner en France

Concernant les soins médicalement nécessaires durant le séjour d’un patient étranger, en séjour temporaire, doit être titulaire d’une carte européenne d’assurance maladie (CEAM) ou d’un certificat provisoire de remplacement (CPR). Membre de l’UE – EEE – Suisse

Les personnes couvertes par un régime de sécurité sociale d’un autre État membre de l’Union européenne, d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen (UE – EEE) ou en Suisse (assurés et membres de famille) bénéficient, en règle générale d’une couverture de leurs soins de santé médicalement nécessaires (ne recouvrant pas les soins programmés), reçus pendant leur séjour temporaire en France. Pour bénéficier de cette prise en charge, les intéressés doivent présenter, lors de leur admission à l’hôpital (justification d’identité à l’appui), leur CEAM ou, à défaut, un CPR, délivrés par leur institution d’affiliation.

La CEAM (ou le CPR) permet en effet à son porteur d’être traité comme s’il était assuré d’un régime français d’assurance maladie : ainsi, la personne couverte par le régime d’un autre État membre doit n’acquitter que la part restant à la charge d’un assuré d’un régime français qui ne dispose pas d’assurance maladie complémentaire (le cas échéant : le ticket modérateur, les forfaits hospitaliers, 18 euros, etc.).

Il convient de réclamer immédiatement ces frais aux patients, et non de leur envoyer une facture après leur retour à l’étranger, afin d’éviter le risque de non recouvrement des montants correspondants.

Actualisation : novembre 2008

En effet, les ressortissants de l’Union européenne, bien que disposant d’une liberté de circulation dans l’UE ne disposent pas pour autant d’une liberté d’installation et de résidence en France. Ils peuvent être en situation irrégulière s’ils ne possèdent pas lors de leur arrivée en France une assurance couvrant l’ensemble des risques maladie et maternité auxquels ils peuvent être exposés durant leur séjour sur le territoire (articles L 121-1 et suivants du CESEDA). Dans ces situations, les personnes doivent avancer l’intégralité des frais pour leurs soins de santé ce qui implique un risque fort de créances irrecouvrées.

 

Aller sur le Forum France :

Oh quelle misère ! Aucun sujet n'a été trouvé ici !

Créer un nouveau sujet dans “France”

Vos informations: