Culture Royaume-Uni

 

 

 

 

Que savons-nous des Britanniques ? Ils sont excentriques, boivent du thé, mangent du rôti de bœuf et du pudding munis d’un parapluie ? 

Le Royaume-Uni est doté d’un riche patrimoine culturel assez exceptionnel.

Poésie, littérature, théâtre, peinture, cinéma, dans tous ces domaines, sa réputation n’est plus à faire. Créativité, liberté d’esprit et diversité culturelle, telles sont les caractéristiques du peuple britannique.

On peut dire que la culture britannique s’est largement diffusé dans le monde. En premier lieu, avec/grâce à la langue, qui est devenu aujourd’hui celle de la communication internationale. Utilisée en diplomatie, commerce, ou encore sur Internet.

Si la culture britannique s’est étendue au monde, paradoxalement les Anglais tentent de la protéger en se démarquer du reste du monde pour ne pas se laisser influencer par l’évolution extérieure ! Ce qui explique l’excentricité, le style, les paradoxes !

 

 

Littérature anglaise

En littérature, William Shakespeare l’égérie de toute la culture anglaise, détient le trophée de l’auteur classique anglais de plus connu au monde. Figure influente de la culture occidentale, on peut mesurer son impacte sur la culture anglo-saxonne en repérant les nombreuses références provenant de ses œuvres, que ce soit dans des expressions, des titres de livres, des chansons, des monuments…Ne dit-on pas de la langue anglaise « la langue de Shakespeare » ?

D’autres auteurs de la littérature anglaise qui ont participés à sa renomé à travers le monde :

  • Daniel Defoe – Robinson Crusoe (1719)
  • Jane Austen – Orgueils et Préjugés (1813),
  • Charles Dickens – Oliver Twist (1838),
  • Emily Brontë – Les Hauts de Hurlevent (1847),
  • Lewis Carol – Les Aventures d’Alice au pays des Merveilles (1865),
  • Arthur Conan Doyle – Les Aventures de Sherlock Holmes (1887-1930)
  • Aldous Huxley – Le Meilleur des Mondes  (1932)
  • George Orwell – La Ferme des Animaux (1945),

Aujourd’hui, l’auteure britannique J.K. Rowling est celle qui a le plus fait parler d’elle après la parution du premier tome de la série Harry Potter en 1997. Avec un total de 7 livres, traduits dans 67 langues et adaptés 8 fois au cinéma, J.K.Rowling est devenue l’auteure la plus célèbre d’Angleterre et sa réputation a dépassé toutes frontières possibles.

Même chose concernant la trilogie « Le Seigneur des Anneaux », publiée pour la première fois dans les années 1950, qui a refait surface grâce aux adaptations filmiques des années 1990 à aujourd’hui. Vous pouvez même encore suivre les aventures de l’écrivain J.R.R Tolkien aujourd’hui au cinéma, avec l’adaptation de son autre roman Le Hobbit, quant à lui paru en…1937 !

 

Musique anglaise

La musique britannique n’est pas en reste. Berceaux du Rock&Roll, elle fut largement écoutée à travers le monde avec l’apparition des Beatles, Noir désir, The Cure, The Police, Coldplay, Phil Collins, Freddie Mercury, Elton John, ou plus récemment les Sugababes, Robbie Williams, King Charles ou encore James Arthur.

Si le rock fait vibrer l’Angleterre, le pays est également un très gros producteur de comédies musicales. Ces spectacles mêlant chant, comédie et musique font vraiment partie de la culture britannique et ne cessent de se jouer aux quatre coins du pays. Vous pourrez par exemple assister à de célèbres comédies musicales qui sont depuis des années à l’affiche : Mama Mia, Billy Elliot, Wicked, Le Roi Lion, le Fantôme de l’Opéra…

Londres est évidemment la ville où l’on retrouve un condensé de ce qu’il y a de meilleur, avec des dizaines et des dizaines de spectacles, concerts, festivals…

 

Cinéma

Si le cinéma anglais peu plaire, ce n’est généralement pas pour les mêmes raisons que ce qui faire le succès des films américains. Humour et originalité, et cette touche british. Mais plus que des films réalisés/produits par des Anglais, c’est surtout l’univers Anglo-Saxon qui plait et fait rêver. C’est d’ailleurs ce qu’a compris Hollywood, en adaptant au cinéma des œuvres British qui ont fait sucées :

 

Les Pubs anglais

Quand on pense aux british on pense automatiquement aux pubs anglais. Si l’endroit ne nous ai pas très fréquentable, il n’en reste pas moins un lieu à l’ambiance chaleureuse idéal pour échanger avec les locaux. Dans les grandes villes, les clients peuvent être divers et variés, venant de milieux sociaux complètement différents, sont de nationalités diverses… Dans une plus petite ville ou un village, l’ambiance y est aussi bonne, voire plus conviviale car les clients sont des habitués et se connaissent pour la plupart presque tous.

Lieu de détente ou les clients viennent entre collègues, entre amis, en famille. Généralement, les Anglais vont au pub directement après le travail, donc plus aux alentours de 17h, avant d’aller manger. De nombreux pubs servent également à manger, du simple casse-croûte au repas complet. Les mineurs ne sont pas autorisés à y entrer, même s’ils sont accompagnés par un adulte et qu’ils ne consomment pas d’alcool.

 

Savoir-vivre et flegme britannique

Pour tout français qui se rend en Angleterre, l’une des premières choses qui risque de tout de suite vous étonner, c’est la politesse et la courtoisie de nos voisins anglais. Sachez-le, les anglais mettent un point d’honneur à rester courtois et respecter les autres, ce qui se perd de plus en plus en France.

 

Il est très important en Angleterre de savoir rester poli en toutes circonstances. La base même de la société anglaise est représentée dans de simples mots comme « hello », « thank you », « please » et « sorry ». Vous serez surement surpris en arrivant en Angleterre d’entendre autant de « sorry » en une seule et même journée et c’est bien grâce à cette politesse et ce respect mutuel que les anglais arrivent à vivre dans une si belle harmonie. Bien entendu, ce n’est pas une règle absolue et tout le monde n’est pas un exemple de politesse, mais il une grande majorité des anglais le sont, et marquent un profond respect envers ceux qui les entourent.

 

Quant à la ‘flegme britannique’, une certaine forme de stoïcisme affiché, vient pour l’essentiel de la bonne éducation mais pas que… La résistance, la détermination, cette mode pour le courage impassible devant l’adversité, la suppression des émotions trop fortes, a été popularisée dans l’Angleterre victorienne par les hommes de la haute société, éduqués dans des public schools aux règlements très strictes et où les garçons apprenaient à ne pas montrer leurs émotions et rester droits comme une pique au milieu du chaos. Et les Anglais semblent en être plutôt fiers.

Ils y apprenaient des poèmes comme ceux de Henley et Kipling:

 

It matters not how strait the gate

Peu importe comment la porte étroite

 

How charged with punishments the scroll

Comment chargé de punitions le parchemin

 

I am the master of my fate

Je suis le maître de mon destin

 

I am the captain of my soul

Je suis le capitaine de mon âme

 

IF you can keep your head when all about you

Si vous pouvez garder votre tête quand tous à propos de vous

 

Are losing theirs and blaming it on you…

sont en train de perdre le leur et de vous en blâmer…

 

If you can meet with Triumph and Disaster

Si vous pouvez rencontrer Triumph et Disaster  

 

And treat those two impostors just the same…

Et traiter ces deux imposteurs de la même façon …

 

(Si, Rudyard Kipling)

 

 

La mode Anglaise

Historiquement, deux pays se disputent le titre de capitale mondiale de la mode ; la France et l’Angleterre. Plus récemment, deux autres pays sont venus contester la proéminence anglaise et française : l’Italie et les USA.
Heureusement, dans le monde d’aujourd’hui, il y a bien assez de place pour quatre leaders mondiaux en matière de mode, dès lors que chacun se distingue par ses spécificités et par ses qualités propres.

Mode anglaise classique

La « mode anglaise » classique, la « mode British », existe depuis le dix-neuvième siècle. C’est le dessinateur William Morris, père du mouvement Arts & Crafts (arts et métiers) qui est à l’origine d’un certain « style anglais » qui caractérise encore aujourd’hui la mode anglaise classique. Aujourd’hui, on la trouve surtout dans les textiles et étoffes utilisées en design classique anglais pour la maison et l’espace de vie, mais aussi dans une certain mode classique anglaise « victorienne », diffusée par de grands magasins londoniens comme Liberty ou Laura Ashley. Elle est présente aussi chez les grandes marques de mode classique anglaise comme Burberry, Barbour, Jaeger ou Lyle and Scott, vendus dans les magasins haut-de-gamme et dans les grands magasins comme John Lewis.

Nouvelle mode anglaise

Quant à la nouvelle mode anglaise, elle est née dans les années 1960 avec l’arrivée à maturité de la « génération X » et la révolution pop inspirée par les Beatles et les Rolling Stones, parmi d’autres.
Alors que la mode française était surtout caractérisée par la haute couture, et par le prêt-à-porter inspiré par la haute couture, la nouvelle mode anglaise était décidément différente. Elle était marquée dès le début par l’originalité et le non-conformisme ; la révolution pop était une révolution culturelle, rejetant les carcans des règles vestimentaires établis, et s’épanouissant dans une effusion de nouvelles couleurs, nouvelles coupes, nouvelles normes, parmi lesquelles la mini-jupe fut celle qui créa le plus grand retentissement.
A Londres, une petite rue derrière Regent Street, au coeur du West End, est devenue capitale mondiale de la mode. A quelques centaines de mètres de Bond Street ou de Savile Row, hauts-lieux de la couture anglaise, Carnaby Street s’est transformée en haut-lieu de la contre-culture.
Mais Carnaby Street est trop petite pour contenir à elle seule toute la diversité de la nouvelle mode anglaise, et d’autres rues de Londres voient arriver de nouvelles boutiques de mode. En particulier, c’est la Portobello Road, dans le quartier effervescence de Notting Hill, qui prend son essor avec ses boutiques de fripes et de fringues. Elle sera suivie par la King’s Road à Chelsea, et d’autres. Tout le gratin de la musique pop mondiale vient s’habiller dans ces rues aux boutiques plus originales les

Mode Punk à Londres

Toute une génération a suivi cette tendance anticonformiste qui s’est vite transformée en modèle pour une jeunesse mondiale cherchant à se démarquer des générations précédentes. Les premiers mannequins de la nouvelle mode anglaise, Twiggy ou Mary Quant, mettent cette mode originale et individuelle sur les couvertures des magazines à travers le monde.
A partir des années 1970, la mode anglaise atteint des sommets d’originalité avec les premiers grands stylistes du punk, Vivienne Westwood ou Malcolm MacLaren, qui cherchent encore plus de différence. Le Punk est un style de vie résolument marginal et protestataire ; mais paradoxalement Westwood et MacLaren, suivis d’autres, ont réussi à en faire une mode populaire qui a été suivie, de manière moins extrême, par de nombreux jeunes modistes.
La nouvelle mode anglaise, marginale à ses débuts, est ainsi devenue la mode grand public. Dès 1974, des écoles professionnelles de couture à Londres se rebaptisent London School of Fashion, et désormais c’est Londres qui s’arroge le titre de capitale mondial de la mode jeune.
A partir du début des années 1980, ce sont les grandes chaînes de magasins de vêtements britanniques comme Hepworth’s ou Selfridges ou Burton qui comprennent (enfin!) que la nouvelle mode anglaise n’est pas un phénomène de passage, et qu’elle s’est définitivement installée dans les mœurs. Ainsi les chaînes se modernisent, se transforment, ou créent leurs nouvelles chaînes de mode jeune, comme Next ou Miss Selfridge, désormais présentes dans la plupart des villes ou grands centres commerciaux. Même le très classique Marks & Spencer s’y met.
En même temps, Londres se place résolument sur la carte mondiale de la mode, en instaurant en 1984 la London Fashion Week, devenue un des quatre grands événements mondiaux du marché de la mode, les trois autres étant celles de Paris, de New York et de Milan.

Mode et originalité

La nouvelle mode anglaise se caractérise aujourd’hui par sa grande originalité et par son esprit d’innovation. Elle s’est largement internationalisée grâce à l’attractivité internationale des nombreuses écoles de mode ou de départements universitaires spécialisés en mode qui existent en Grande Bretagne. Dans son dernier listing (2014) des meilleures écoles de mode au monde, le site Fashionista place quatre écoles londoniennes parmi le top dix mondial…dont les deux premières places pour le Central Saint Martins school, et le London College of Fashion.

(Source : angleterre.org.uk)

 

Etre différent comme emblème

Les Britanniques aiment à entretenir l’absurde et l’irrationnel. Avec l’excentricité comme une caractéristique nationale. Etre différent, dans ce pays si conformiste sur bien des points, avec ces vieux aristocrates à la Chambre des lords, sa Reine et ses étiquettes, la Grande-Bretagne aime l’excentricité et le revendique. Une réalité qui se voit dans les modes extravagantes de sa jeunesse mais dans bien d’autres domaines.
On peut ainsi un homme d’affaire avec piercings et tatouages dans une rue de la city, ou encore une femme voilée en uniforme de police.

 

 

US et coutumes

La bise « à la française » est à oublier totalement. Déjà on ne serre la main à un Britannique, uniquement la première fois qu’on le voit. Alors la bise… Et entre amis ou en famille, c’est le hug, une franche accolade, qui est de mise. Et c’est vrai qu’ils distribuent un peu trop facilement du dear, darling, honey ou sweetheart (« chérie », en gros)!

Il est mal vu de doubler dans une file d’attente ou que ce soit, de ne pas respecter les règles en voiture, sur les places de parking réservées, en fait… de pas respecter toutes les règles !

 

 

 

 

Aller sur le Forum Royaume-Uni :

Oh quelle misère ! Aucun sujet n'a été trouvé ici !

Créer un nouveau sujet dans “Royaume Uni”

Vos informations: