Singapour la ville futuriste 

 

 

Singapour, est notre 7 ème pays de notre trip tour du monde.

 

Premier jour

Nous passons à pied la frontière entre la Malaisie et Singapour par Johor Bahru. Un passage ultra moderne et rapide. On se fait arrêter à la douane, car Philippe à un poing américain acheter en Thaïlande, suite au vol en Inde. On ne rigole pas avec la sécurité ici. Il y a des panneaux affichant les médicaments et armes interdits, mais nous ne l’avons pas vu. Au contrôle de sécurité, les gardiens l’aperçoivent dans le scanner. On nous met de côté et on nous emmène au poste de police de la douane, ou on nous spécifie notre garde a vu. On n’en revient pas. Ils cherchent dans le casier judiciaire de Philippe. On stress et tente de leur expliquer le pourquoi du comment. Au bout d’une heure, après notre déposition nous sommes transférés au commissariat, juste à côté. On nous libère au bout de 3h et après nous avoir passé un savon et confisque l’arme au grand dépit de Philippe.

Nous venons d’avoir un aperçu de la sécurité de cet État/île.

On prend un bus pour nous rendre à notre hôtel. Nous n’avons réservé qu’une nuit, car ce sont des chambres capsules. Un concept japonais pour économiser de la place et on ne sait pas si ça va nous convenir, c’est une première pour nous. Une amie globetrotteuse m’a refilé le bon plan, 40 euros la nuit en plein centre, imbattable dans cette ville hyper chère. L’hôtel se trouve dans « little India », métro du même nom dans le quartier Rochor. Le centre-ville historique est vraiment sympa avec ses bâtiments coloniaux colorés. On kiffe direct l’atmosphère. La réputation de Singapour est à sa hauteur, c’est très vert effectivement, mais aussi très très propre.

 

Ancien comptoir commercial britannique, Singapour est devenue depuis son indépendance en 1965 l’un des pays les plus prospères au monde. Pourtant il revient de loin. Avec très peu de ressources naturelles et des problèmes socio-économiques importants, c’est l’un des pays les plus développés et les plus prospères du monde, en termes d’économie, d’éducation, de santé, de sécurité et d’urbanisme, tourné vers la biodiversité. C’est Dubaï, mais en mieux. Le climat tropical permet d’avoir une vie extérieure contrairement à sa grande sœur.

 

L’hôtel Vintage Inn est au top de nos espérances. Propre et très confortable, même s’il n’y a qu’un rideau qui ferme les capsules. C’est beaucoup plus grand qu’on se l’imaginait. Le lit est une tuerie. C’est comme un guest house, avec douches et toilettes communes. On a le droit à un petit dej, mais Indien, donc salé !

 

Hotel Vintage Inn, Singapour   Hotel Vintage Inn, Singapour

Hotel Vintage Inn, Singapour, chambre capsule

 

Le métro

On sort direct visiter la ville, mais surtout appeler notre contact qui doit recevoir notre téléphone de secourt et notre nouvelle carte bleue par colis. Depuis le vol de notre carte bleue et notre téléphone, nous avons traversé la Thaïlande et la Malaisie avec mes cartes bleues de secours, mais plafonnés au minima. Et depuis la Malaisie, celles-ci ne fonctionnent plus, aussi nous devons demander un transfert d’argent via Western Union à la mama, car nous n’avons presque plus de liquide sur nous.

Au bout d’une journée, la ville nous semble irréelle. Le métro est l’endroit le plus surréaliste. Tout le monde marche et se déplace comme on leur demande. On se croirait dans un roman de science-fiction. Les hauts parleurs et des écrans diffusent des consignes sur le comportement et les règles à respecter dans le métro. Et tout le monde suit les consignes au pied de la lettre. Pas un papier, pas même une poubelle, car il est interdit de manger dans le métro ou même de mâcher un chewing-gum ! Pas le droit de téléphoner pour ne pas déranger, pas de bousculade, tout le monde fait la queue de façon disciplinée. Philou est aux anges, il adore cette discipline. Moi je trouve qu’ils font flipper les gens, on croirait des robots.

 

La Marina

Nous visitons la marina, station de métro du même nom, son architecture démente et les alentours. C’est ultra moderne et on en prend plein les yeux. Il y a une compétition de bateaux à voiles et entre les touristes et les habitants qui font leur jogging, le lieu est bondé.

Le grand centre commercial donnant sur le fameux hôtel Marina Bay Sands, hôtel en forme de bateaux,  n’a rien à envier à celui de Burj Khalifa de Dubai. Il est gigantesque et à même un genre de canal ou des bateaux circulent à l’intérieur comme little Venise à Las Vagas. D’ailleurs celui-ci a été conçu par le groupe Las Vegas Sands.

L’hôtel Marina bay quant à lui, est installé dans 3 gratte-ciels ultramodernes, pourvus de grandes baies vitrées donnant sur la ville et la baie, avec une piscine à débordement sur son toit, au 57 ème étage, la plus haute du monde. « Le SkyPark »est une piscine de plus de 150 mètres de long. Il y a des espaces de restaurations au milieu de l’hôtel que l’on peut apercevoir lorsqu’on le travers pour visiter le parc floral le Gardens by the Bay et ces incroyables arbres artificiels.

 

Hotel Marina Bay, Singapour   Hotel Marina Bay, Singapour

_DSC1458

 

Le parc quant à lui est un modèle en matière de biodiversité et de technologies vertes, un exemple en matière de durabilité avec  une centrale à biomasse, qui utilise les déchets d’horticulture pour produire chaleur et énergie, ainsi que de l’engrais sous forme de cendres.

Géant de 101 hectares, le plus grand des 3 jardins, qui fait 54 hectares, est le Bay South. Il a été conçu par les bureaux d’architecture du paysagiste britanniques, en partenariat avec les consultants en design environnemental.

Les espaces de conservation de la biodiversité ont un volume est équivalent à 135 piscines olympiques: le Flower Dôme et le Cloud Forest abritent plus de 250’000 espèces de plantes rares et en voie d’extinction.

Le Flower Dôme reproduit différents écosystèmes méditerranéens et subtropicaux secs dans une atmosphère asséchée et rafraîchie. Le Cloud Forest héberge des plantes d’une forêt pluvieuse normalement situées à 2000 mètres d’altitude. Le dôme de verre abrite une montagne de 35 mètres de haut, recouverte de végétation luxuriante et depuis laquelle se jette la plus haute cascade intérieure du monde !

 

On finit par un tour sur le Waterfront: le Museum ArtScience et le stade flottant !

Wai ! Faut dire qu’on est assez bluffé.

 

Nous n’arrivons pas à joindre notre contact. On stresse. Nous ne lui avons pas dit l’urgence dans lequel nous nous trouvions, aussi au bout de trois messages, on crie à l’aide sur sa messagerie. Nous avons réussi à joindre ma mère juste à temps avant la fermeture de la poste en France. On doit attendre une heure pour récupérer l’argent.

Tout est cher évidemment ici, un peu comme à Dubaï, on limite donc les frais, on bouf quasiment rien. On s’accordera juste un resto Indien halal en bas de notre hôtel, dès qu’on reçoit le Western. Question halal, le quartier indien et arabe en regorgent, Singapour est donc une vrai destination muslim Friendly. Entre les mosquées et les restos, on peut vraiment facilement avoir accès à tous ce dont on a besoin. Et question respect des religions et coutumes de chacun on est au top aussi à ce niveau là.

 

Deuxième jour

Le lendemain on réussit enfin à joindre notre amie, qui nous désespère en nous disant n’avoir rien reçu. Le colis est parti depuis 3 semaines et nous ne pouvons réserver un billet sans payer avec cette **** de carte bleue, mais surtout la puce et le téléphone avec lequel nous confirmons à chaque fois la commande, se trouve également dans le colis…pour la Thaïlande et la Malaisie, c’est ma mère qui s’en était chargée avec la puce qu’elle avait reçue de notre opérateur. Mais là elle est partie. Notre amie nous rassure en nous disant que normalement, elle devrait le recevoir au plus tard le lendemain. Heureusement nous avons de quoi prendre une nuit en plus. Mais après on sera vraiment dans la merde.

On continue la visite de la ville, avec le parc aux orchidées, où l’on se fait dévorer le temps de la visite par des moustiques en plein jour, et son musée d’art moderne, métro Bras Basah, qui est une réelle surprise par l’originalité des œuvres qui y sont exposées. L’écologie est au cœur du travail de ces artistes. Singapour est un exemple pour la Malaisie, verte et propre. Le contraste est d’ailleurs choquant. 50% de sa superficie occupée par des espaces verts, répartis en plus de 50 grands parcs et 4 réserves naturelles. On la surnomme d’ailleurs la ville-jardin. La réserve naturelle de Bukit Timah abrite plus de variétés d’arbres que tout le continent nord-américain

 

Le troisième jour

Nous appelons de nouveau notre contact, que nous devons rencontrer. Toujours pas de colis. On envisage toutes les solutions. Nous ne devions rester qu’un jour ici et nous voilà partis pour quatre. Si le lendemain nous n’avons rien, il faudra improviser, car nous ne pouvons plus rester.

Nous visitons encore la ville en attendant : les entrepôts d’artistes dans le quartier au sud de Chiatown : au 39 Keppel Rd, prendre un taxi pour s’y rendre, le quartier arabe (métro Bugis) et chinois (quartier Outram, métro chinatown), ce qui est assez drôle, car c’est une île à 75% chinoise. Mais vu que l’île était Malaise au début on comprend mieux. Le quartier chinois s’est développé vers 1821 au sud de la rivière Singapour suite au débarquement de colons chinois provenant de Xiamen, ville de la province chinoise du Fujian.

 

Entrepots d'Art Keppel Rd, Singapour     Museum d'art moderne, Singapour

Museum d'art moderne, Singapour

 

Le quartier arabe, avec Arab Street est un quartier jouxtant la grande Mosquée de la ville : Sultan Mosque. C’est là que l’on trouve le plus de restos halal, et pas seulement arabe : Pakistanais, Indiens, Turcs, Malais. Des boutiques se disputent la place avec de nombreux restaurants. Les ruelles colorées donnent au quartier un côté vraiment sympa.

Notre rencontre avec la sœur de notre ami se révèle rafraîchissante. Elle vit à Singapour depuis plusieurs années et nous dépeint la ville et ses habitants. Il est vrai que comme beaucoup d’endroits, les expats restent entre eux et ont du mal à établir un réel contact avec les locaux, tant au niveau mentalité que culture, même s’ils travaillent avec eux. Les Chinois, comme beaucoup de nations hélas, sont assez « racistes » et préfèrent rester également entre eux. Mais elle aime ce pays et y compte rester encore un peu, puis, pour des raisons professionnelles, s’expatrier de nouveau en Angleterre, y ayant vécu quelques années auparavant. Elle nous donne un téléphone qu’elle avait en trop au cas où, pour pouvoir au moins acheter des puces dans les pays qui nous reste à visiter.

Le lendemain nous appelons, angoissés, mais cette fois-ci elle nous confirme enfin avoir reçu le colis. Nous nous donnons rendez-vous à la poste de livraison. Elle sort entre midi et deux, parcourt la moitié de la ville, ne déjeune pas, juste pour nous donner notre précieux colis. Il y a vraiment des gens bons sur cette terre. Elle était même prête à venir nous donner notre colis en main propre en Indonésie, notre future destination. On l’a stressé avec nous la pauvre. Nous prenons une nuit supplémentaire et réservons de suite notre vol.

 

Quatrième jour

Pour notre dernière soirée nous nous rendons à la Mosquée du quartier arabe: Sultan mosquée. A notre grande surprise il y avait une fête religieuse, mais je n’ai pas très bien compris laquelle et pour l’occasion, ils avaient invité un très grand chanteur d’anachides Indonésien. Il était accueilli comme une star, ce qui était drôle et déconcertant. Les chants et l’atmosphère étaient magiques. Nous sommes restés heureux d’être présents à cette occasion, nous laissant bercés par ces chants soufis.

 

Sultan mosquée, Singapour

 

Nous n’aurons pas le temps de faire L’Orchard Road, qui pour la plupart des Singapouriens est la rue qui incarne le mieux leur ville ! Oui oui je vous jure. Longue de 2,5 km, elle comprend la plus forte concentration de commerces avec ses centres commerciaux ultramodernes et ses écrans publicitaires géants. Si vous l’avez faite, dites-nous ce que vous en avez pensé !

 

Voilà, nous nous dirigeons vers l’île de Sumatra en Indonésie pour une rencontre avec les Orangs Outans…

 

 

Si vous avez aimé cet article, partagez-le!

 

 

Plus de photos et d’infos? Revenir à la page pays

 

 

Aller sur le Forum Singapour :

Forums Singapour

Oh quelle misère ! Aucun sujet n'a été trouvé ici !

Créer un nouveau sujet dans “Singapour”

Vos informations: